Rencontre avec Prosper Duvan, Brasseur d’air des Mascareignes

Rencontre avec Prosper Duvan, brasseur d’air et fondateur de l’entreprise Trapèze des Mascareignes.

Article de Vanille Payet

Le 19 novembre 2020
"

Lire la suite

Rencontre avec Prosper Duvan, brasseur d’air dans le trapèze des Mascareignes

Prosper, pouvez-vous vous présenter ?

Bien entendu ! Je suis Prosper Duvan, brasseur d’air et fondateur de l’entreprise Trapèze des Mascareignes. Je suis un réunionnais 100% péi : je suis né ici, j’ai fait mes études ici, et je n’ai jamais quitté mon île.

Comment êtes-vous devenu brasseur d’air dans le trapèze des Mascareignes ?

Dans la famille, on a ce que j’appellerai une facilité à brasser l’air.

Prosper Duvan, Brasseur d’air dans le trapèze des Mascareignes

C’est une capacité naturelle, que j’ai hérité de mon père. Dans la famille, on a ce que j’appellerai une facilité à brasser l’air. Mon père n’a jamais travaillé plus de 6 mois dans la même entreprise, à cause de la jalousie de ses collègues. A chaque fois, les gens l’accusaient de courrir dans tous les sens sans être productif, totalement inconscient que c’était grâce à son brassage d’air qu’ils se sentaient si bien au travail. Il prenait bien soin de courir en suivant 2 lignes parallèles, et 2 lignes non-parallèles, pour respecter l’âme du trapèze… Enfin, bref. Avec l’arrivée du COVID-19, il a eu l’idée de vendre son air brassé aux métropolitains qui n’ont pas l’occasion de le respirer en venant sur place. Malheureusement, la vie ne lui a pas laissé le temps de concrétiser son projet…

Vous avez donc créé l’entreprise en honneur à sa mémoire ?

 Ah non. Il n’est pas décédé, mais il a pris sa retraite… donc il m’a transmis l’idée et le flambeau du brassage d’air. Jusqu’ici je n’avais pas travaillé, mais maintenant qu’il est à la retraite, il me fallait un petit complément de revenu. Donc je me suis lancé dans l’aventure entrepreneuriale. Habitant dans le trapèze des Mascareignes, l’endroit m’a semblé idéal.

Comment se passe une récolte ?

Grâce à l’héritage familial et à nos pique-niques dominicaux, j’ai pu repérer les meilleurs spots pour brasser et récolter l’air. Je les ai recensés et je les propose à la vente sur notre site.

Chaque lundi matin, je regarde la liste des commandes en attente. Je note les différents endroits où je dois aller et je planifie ma tournée. Je vais sur place, je brasse l’air pendant quelques minutes, puis je récolte en plaçant l’air dans les trapèzes commandés par les clients. Enfin, je rentre, je compète avec les récoltes de mes collègues trapézistes, et je prépare les colis que j’envoie le lendemain matin.

Puis, je recommence le lundi suivant. Le reste du temps, je surveille les spots autour de l’île et je brasse l’air. Sauf s’il pleut, auquel cas je laisse la pluie effectuer son action filtrante sur l’air.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez en tant que brasseur d’air ?

Les difficultés sont nombreuses, mais je vous citerai les deux les plus incontournables dans le métier :

  • Les cyclones, bien entendu, qui parcourent le trapèze des Mascareignes chaque année. Ils réduisent à néant notre travail à cause du brassage trop intensif. Ce sont parfois des mois de brassage qui partent avec les alizés …
  • La concurrence rude des éoliennes : elles se croient malignes avec leur brassage mécanique, mais rien ne vaut le coup de main d’un expert…

Une astuce pour ceux sont intéressés par le métier de trapéziste dans les Mascareignes ?

Surtout, surtout, surtout, résister au formatage de l’école qui veut faire de tous des consommateurs d’air, et non pas des brasseurs d’air. Parfois, il faut lever la tête et regarder longtemps par la fenêtre pour trouver sa voie. La mienne était là, dehors.

Plus d’informations sur comment devenir trapéziste dans le trapèze des Mascareignes

2 Commentaires

  1. Fidy

    Euh ! Sent ! Comment air ?

    Réponse
  2. Stéphano

    Bonjour,

    Cet interview, ou plutôt véritable reportage, est fantastique !

    Je suis très intéressé !!!

    Est-ce que vous recrutez ?

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Comment devenir trapéziste dans le trapèze des Mascareignes ? - […] Pour plus d’inspiration, retrouvez l’interview de Prosper Duvan, brasseur d’air dans le trapèze des Mascareignes. […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles

Nous contacter

Vous souhaitez en savoir plus sur nos produits ou faire une demande pour un trapèze sur-mesures ? Nos trapèzistes se plient en quatre pour vous !